Objects Connectés, Quantified Self, Domotique, TV connectée, etc.

.

Smart City : 15 aperçus de la ville connectée qui nous attend


Partagez :

Smart city : La ville intelligente et connectée est pour demain : Services publics numériques, e-administration, transports collectifs autonomes.

Les smart cities, ou villes intelligentes, sont des villes connectées qui utilisent les technologies des télécommunications et des systèmes d’information pour améliorer la vie des habitants. Dans un contexte d’urbanisation croissante, toutes les agglomérations cherchent désormais à optimiser leur fonctionnement tout en réduisant les coûts. Qu’il s’agisse de nos téléphones, de nos voitures, de nos box internet ou même d’une gamme d’électroménager connecté… Les objets connectés s’immiscent désormais dans tous les aspects de notre quotidien pour le rendre plus mesurable, plus prévisible ou plus intelligents.

smart-city-ville-connectee-1

La ville du futur sera connectée, on y vivra mieux.

La convergence de ces technologies a un nom : la ville connectée. Des concepts de smart city poussent en Chine (Wuxi : capitale chinois des objets connectés) ou en Californie, où Intel expérimente la ville connectée à San José. En vogue depuis quelques années, le concept de ville connectée devient petit à petit une réalité pour ses habitants et un enjeu colossal pour les industriels. Intel estime que les agglomérations des pays développés dépenseront plus de 40 trilliards de dollars pour faire évoluer leur fonctionnement. Quant aux puissances émergentes, la ville connectée est un relai de croissance incontournable pour des populations jeunes et souvent technophiles. Voici 15 exemples d’innovations qui permettront à nos métropoles d’être plus connectées.

SmartWalk_transit-screen-1

SmartWalk le trottoir connecté de Transit Screen

Les trottoirs connectés :

Face à la problématique de transport que rencontre la plupart des métropoles modernes, la société américaine Transit Screen, spécialisée dans la signalisation urbaine numérique a développé un concept de trottoirs connectés baptisés SmartWalk permettant aux citadins d’accéder rapidement à de nombreuses informations concernant les transports publics en réalité augmentée. Outre les trottoirs connectés, SmartWalk peut aussi afficher des informations circonstancielles sur le mobilier urbain afin d’offrir aux piétons un tas d’informations relatives aux conditions de transport dans leur zone de circulation.

nao-robot-double

Nao, le robot humanoïde d’Aldebaran Robotics

Les robots humanoïdes :

Malgré la crise économique, le marché de la robotique de service connait une forte croissance ces temps derniers et le marché des usages professionnels progresse rapidement grâce notamment aux multiples initiatives publiques. Un plan gouvernemental qui vise d’ailleurs à aider 250 industriels à investir dans la robotique a été lancé en 2013 et une cinquantaine d’entreprises devraient être bientôt équipées d’automates.

Pour les particuliers, le marché de 5,4 milliards de dollars en 2014 selon International Federation of Robotics est promis à l’explosion dans les 24 mois à venir. La  robotique de service domestique représente une moyenne de 2 000 000 unités vendues par an. Or ce marché commence tout juste son éclosion : après le NEC PaPeRo pour les usages domestiques et le robot Keecker, dédié aux activités multimédias, c’est le français Aldebaran Robotics qui mène la charge. A coté des jouets Sphero ou des drones de Parrot, Aldebaran à lancé Pepper, le successeur de Nao, un robot humanoïde intelligent. L’américain Intel a dévoilé récemment Jimmy, un robot humanoïde à imprimer en 3D chez soi.

m3d-micro-3d-printer-2

The Micro, une imprimante 3D à moins de 400 euros

L’impression 3D :

Le marché de l’impression 3D, comprenant la vente d’imprimantes 3D, de consommables ainsi que les services associés, devrait atteindre 16,2 milliards de dollars d’ici 2018 d’après le cabinet Canalys. En 2013, le marché de l’impression 3D a représenté la somme de $2,5 milliards de dollars et pourrait monter jusqu’à $3,8 milliards en 2014.

Les services d’impression 3D à la demande permetant le prototypage rapide ou le print-on-demand comme les plateformes Shapeways ou Sculpteo devraient considérablement augmenter selon Joe Kempton, Research Analyst chez Canalys :

« il y a une opportunité claire pour les sociétés qui souhaiteraient se lancer dans les services d’impression 3D et ainsi répondre à une forte demande de produits customisés rendus possibles par cette technologie. »

Alors qu’il existe déjà des modèles d‘imprimante 3D accessibles à moins de 1.000 euros, il n’est pas difficile d’anticiper l’explosion, de cette technologie pour des usages plus basiques. On commence à voir arriver des imprimantes 3D à bas-prix, comme The Micro, accompagné duscanner Sense permettant de modéliser rapidement un objet en 3D… Au sein de la ville intelligente, l’impression 3D permettra de créer localement et à proportion des besoins pour réduire les besoins en transport et donc la pollution aérienne, visuelle et sonore.

L’Europe s’en mêle :

Il existe déjà (enfin) un programme européen de recherche et de production artistique à la ville intelligente. Son premier théâtre d’expérimentation est la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Renault-véhicule-autonome-1

La Renault Next-Two sera-t-elle commercialisée dès 2020 ?

Les voitures et les routes connectées :

Frédéric Cuvilier, Ministre délégué aux Transports a lancé pour 2016 une expérimentation portant sur 3 000 véhicules intelligents sur 5 ou 6 sites notamment en Ile-de-France, sur la rocade de bordeaux et sur les départementales de l’Isère. En france, il existera donc plus de 2 000 kilomètres de routes connectées équipées de bornes Wi-Fi d’ici 24 mois. Le budget nécessaire est estimé à 20 millions d’euros partagés entre l’Etat, les collectivités, les industriels et l’Europe.

Voitures-connectees

Les voitures intelligentes sauront anticiper

Des véhicules adaptés, vendus aux particuliers volontaires (ainsi que des véhicules professionnels), seront connectées à la route intelligente et reliés entre eux via le maillage WiFi pour partager des informations entre elles. Si un automobiliste constate un accident, la présence d’un débris ou d’un animal errant sur la chaussée, il pourra ainsi l’indiquer sur un écran connecté fixé à son tableau de bord et ces données seront ensuite répercutées et propagées rapidement par les autorités aux véhicules des autres usagers de la route, pour limiter les risques d’accidents ou d’embouteillages. Ce concept de route connectée permettra à la France de rivaliser avec les Etats-Unis, bien avancés dans ce domaine.

La voiture connectée est donc une solution qui permet d’améliorer les conditions de conduite en recueillant et en diffusant en temps réel des informations sur le trafic et les conditions de circulation, en encourageant l’éco-conduite et en améliorant la sécurité (avec l’appel d’urgence embarqué par exemple).

Les véhicules autonomes :

Voitures connectées et véhicules autonomes permettront de favoriser le développement de nouveaux services comme l’infotainment qui permet aux passagers d’avoir accès à de la musique, des photos ou des vidéos. Mais aussi l’auto-partage, où plusieurs personnes peuvent utiliser le même véhicule grâce à un système de clé virtuelle sans contact via la technologie NFC (Near Field Communication). Les véhicules autonomes pourraient bien être commercialisés à l’horizon 2020 selon Carlos Ghosn. Alors, ces « voitures automatiques » pourront circuler de manière 100 % autonome jusqu’à 30 à 50 km/h, comme la Renault Next-Two le modèle autonome du constructeur français. Les investissements majeurs d’industriels comme Nokia dans les voitures connectées laissent présager une évolution rapide de la technologie permettant la conduite automatique, reste à faire évoluer le cadre réglementaire…

Les villes les plus « smart » :

Des villes intelligentes poussent comme des champignons, en plus de Wuxi et de San José, Masdar aux Émirats Arabes Unis sera construite en plein désert à l’horizon 2025 et Songdo, un quartier d’affaires bâti sur un terrain gagné sur la mer jaune en Corée du Sud seront parmis les villes les plus connectées du monde. Dublin (jumelée avec San José) pourrait être la première expérimentation d’Intel en Europe. Le plus souvent, il s’agit plutôt de rendre intelligents les services déjà présent dans une ville. En France, la transition est amorcée : près de 1200 projets dans 200 villes ont été lancés ces dernières années. Selon un classement (m20city, 2013) Lyon, Lille et Nantes sont les agglomérations les plus « smart » de l’Hexagone, mais aucune ne possède encore tous les aspects d’une ville intelligente, dont la rencontre entre le numérique et l’énergie est une composante majeure.

Notons qu’Issy-les-Moulineaux, 4e du classement m20city, a inauguré en 2013 le premier réseau d’énergie intelligent à l’échelle d’un quartier, avec notamment un éclairage adapté au nombre de personnes dans la rue.

stir-kinetik-desk

Le bureau Stir Kinetic surveille votre fatigue

Les bureaux connectés pour votre santé :

Si Apple décidait de construire un bureau, le Stir Kinetic n’en serait pas très loin. Equipé du WiFi et du Bluetooth, ce bureau intelligent prend soin de votre dos en ajustant la hauteur du plateau à votre posture. Le Stir Kinetic a dispose d’un seul bouton, permettant de mettre le bureau sous tension et vous rappellera ensuite régulièrement de soulager votre dos en montant et descendant doucement le plateau du bureau lorsqu’il est temps pour vous d’arrêter ce que vous faites et d’aller vous dégourdir les jambes. A la manière des produits Apple, ce bureau connecté a un design assez épuré, en bois laqué plutôt moderne. Un branchement électrique unique est à faire par un câble d’alimentation classique, permettant d’alimenter 8 prises de courant et 4 ports USB camouflés dans le panneau supérieur. Dans la ville connectée de demain, même les meubles prendront des initiatives…

Tado-cooling-climatisation-2

Tado° Cooling contrôle votre climatisation à distance

Les climatisations intelligentes :

Dans la ville de demain, on pourra aussi contrôler tous ses appareils de confort grâce à l’écran de son smartphone ou même à la voix. Apple a dévoilé récemment Homekit, son protocole domotique, permettant d’intégrer l’assistant vocal personnel Siri intégré aux iPhones et iPads à des systèmes de commande complexes du monde de la domotique. Récemment, nous vous révélions ainsi Tado°, le premier projet Kickstarter compatible avec HomeKit qui n’est autre qu’une borne de pilotage de votre système de climatisation à distance. En mesurant la distance entre votre smartphone et votre domicile ainsi que vos habitudes, ces appareils pourront mieux adapter la consommation d’énergie globale tout en garantissant un niveau de confort parfait. La ville du future, qui sait, maitrisera peut-être enfin sa consommation…

Les smart Work Centers :

Dans le cadre du programme Smart + Connected Communities de Cisco, la ville d’Amsterdam associée à un consortium d’industriels, est partie d’un double constat : les déplacements quotidiens vers les centres villes engendrent des émissions de CO² considérables ; le développement du travail à distance et des outils collaboratifs peuvent apporter des réponses durables. Le futur verra donc la création, à proximité des bassins de vie et des transports en commun, des centres comportant des espaces de travail, des espaces de réunion, des salles de Télé-Présence, offrant, selon des modalités très souples, des services variés, soit physiquement présents sur site (crèche, pressing ou recharge de batterie de véhicule électrique par exemple), soit mutualisés entre plusieurs Eco centres (services bancaires, administratifs, conciergerie). La centaine de Smart Work Centers actuellement aux Pays Bas, offre par exemple des services haut débit et leur maillage permet de désenclaver les territoires moins peuplés.

Smart Home et alarmes connectées :

Les nouvelles technologies domotique ont un impact bénéfique sur les bâtiments et les quartiers. En effet, une habitation intelligente relie toutes les technologies présentes dans une maison en un réseau domestique intelligent permettant d’être piloté à distance. Il est ainsi possible de connaitre sa consommation d’électricité, de verrouiller sa porte d’entrée à distance ou de surveiller son domicile grâce à des dispositifs de sécurité comme l’alarme MyFox.

Honeywell-Lyric-orange-theverge-4

thermostat connecté Lyric d’Honeywell

Les thermostats connectés :

Les thermostats connectés ont sans doute été l’un des dispositifs pionniers dans le monde de la domotique connectée. Désormais on compte une demie douzaine de thermostats connectés sur le marché, parmi lesquels au moins un français : Qivivo, qui conçoit un service permettant aux particuliers de réduire leur facture d’énergie en régulant leur chauffage et en anticipant les besoins selon la météo et la présence des habitants à leur domicile. Après le rachat de Nest par Google, la majorité des autres thermostats intelligents restent indépendants : Green Momit, le thermostat Netatmo ou encore Lyric d’Honeywell.

qivivo-qibox-thermostat-connecté

Qivivo, fournisseur d’économies d’énergies

Les beacons :

Les bacons permettent de tracker les mouvements de foule grâce aux smartphones possédés par chaque citoyen au moyen de la connexion bluetooth. Pour les commerces, les beacons permettent de récupérer l’historique d’achat d’un visiteur, son identité ou même sa wishlist et de le géolocaliser à l’intérieur avec une excellente précision. Les balises Beacons comme Estimote permettent de détecter un passant entre 0 et 70 mètres environ et ont déjà été détournées pour procéder à des paiements Paypal. Si la technologie iBeacons créée par Apple peut paraitre intrusive, il demeure nécessaire pour l’utilisateur de posséder une application spécifique et sa connexion bluetooth activée pour faire l’objet de ce reciblage dans le monde réel. Des solutions SaaS comme Bealder permettent même aux marques de faciliter le paramétrage de campagnes marketing et l’analyse des données et des flux comportementaux mesurées au sein d’un espace commercial. Les Beacons tendent également à se démocratiser dans le cadre du social gaming connecté.

estimote-beacons-retail-2

iBeacon d’Estimote

Les hackers vous observent :

Comme l’illustre un reportage diffusé en Mai 2014 dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2 les hackers profitent de l’engouement généré par les objets connectés pour jeter leur dévolu sur de nombreuses installations mal protégées. Le moteur de recherche Shodan référence tous les objets connectés en interrogeant au hasard des milliers d’adresses IP chaque jour pour détecter la nature des installations qui y sont connectées. Des découvertes étonnantes : crématoriums, barrages hydroélectriques, ou la caméra qui surveille votre nouveau né… les hackers ont trouvé en Shodan leur annuaire à victimes.

shodan-iot-search-engine

Les hackers détournent l’usage de Shodan

Les industriels, partenaires des villes intelligentes

De par leur approche transversale et les solutions technologiques qu’ils propose, les industriels tels que Schneider Electric accompagnent les villes dans leur démarche de transformation en leur apportant à la fois l’expertise et les capacités d’intégration ou de mise en oeuvre. Ces métamorphoses font intervenir une variété d’acteurs importants comme les opérateurs de téléphonie, les industriels, les associations ainsi que les architectes et spécialistes de l’urbanisme.

Par exemple, l’approche de Schneider Electric s’articule autour de 5 grands métiers : la gestion de l’énergie, de l’eau, de la mobilité, des services publics et enfin le pilotage des bâtiments et logements. À ces 5 expertises métiers s’ajoutent des services transverses qui permettent notamment de favoriser la collaboration entre les différentes activités afin de que les systèmes de gestion de l’eau, de l’énergie, des bâtiments, des transports, de l’éclairage, etc. Et ce afin que l’ensemble des services publics deviennent plus intelligents grâce à une supervision en temps réel des actifs de la ville. Chaque infrastructure devient capable de produire de l’information, de l’utiliser en temps réel et de la communiquer au public pour lui faire prendre conscience de son impact sociétal.

L_Le_Moan-SIGFOX

Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox

Le Machine to Machine :

Si la chine est en tête des usages M2M, la France reste en pointe en matière de M2M : des acteurs comme Matooma existent et le toulousain Sigfox qui est le premier réseau télécom pour les objets connectés et dont nous vous annoncions récemment que Anne Lauvergeon a pris la présidenceSigFox utilise la fréquence 860 MégaHertz, une bande de fréquence gratuite qui existe dans le monde entier et permet de proposer des coûts de communication très faibles entre des objets connectés qui diffusent de petites qantités de données à la fois.

Pour aller plus loin sur la ville connectée :

 

Arte a réalisé une série de reportages trés intéressants sur la ville connecté et ses enjeux. une dizaine de vidéos sont à visualiser absolument, ils sont consacrés à la ville du futur, à la fois intelligente et connectée.

sources : Syntec NumériqueLaTribune / orange-business.com/fr /

Schneider Electric / directmatin.fr

 



Blogueur dilettante, j'édite ce blog sur l'internet des objets et je partage avec vous mes découvertes en matière d'objets connectés ! Voir mon profil Google+ et KickStarter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
kor girl
KOR-FX, un gilet connecté pour plus d’immersion dans vos jeux vidéo

KOR-FX est un gilet connecté conçu pour une immersion totale dans un jeu vidéo grâce à une retransmission des sensations...

Fermer